• Brittany Kwan

Un événement historique : Des cellules du nerf optique régénérées chez la souris

"Ce que nous avons vu est la régénération la plus forte de toutes les techniques que nous avons utilisées auparavant", Keith Martin, Université de Melbourne.


https://www.sciencealert.com/scientists-succeed-in-regenerating-optic-nerve-cells-in-a-dish-hoping-it-leads-to-future-glaucoma-treatment


Vous êtes-vous déjà demandé quand viendrait le jour où les scientifiques seraient en mesure de régénérer les cellules du nerf optique ? Ne vous posez plus la question ! Début novembre, Veselina Petrova, étudiante à l'université de Cambridge, a mené avec succès des expériences utilisant la thérapie génique pour régénérer des cellules endommagées du nerf optique.


De nombreuses tentatives ont été faites par le passé pour réaliser ce qui était considéré comme "impossible". En 2012, une étude menée par Silmara de Lima et al. a réussi à redonner une vision limitée à des souris après avoir régénéré les axones des nerfs optiques. Quatre ans plus tard, en 2016, une étude menée par Jung-Hwan A Lim et al. a également utilisé la thérapie génique afin de faire repousser des sections de cellules ganglionnaires rétiniennes, des neurones situés près de la rétine.


Bien que la recherche n'en soit qu'à ses débuts, cette dernière étude vise à déterminer si la protrudine, une molécule présente dans les neurones en formation, peut protéger les cellules contre les dommages et, en outre, continuer à être produite dans les cellules oculaires endommagées. L'approche commence par la culture de cellules du nerf optique dans un plat pour augmenter la production de protrudine.Cette expérience a montré que les cellules nerveuses cultivées étaient capables de générer de longs axones que celles qui n'étaient pas cultivées. Une deuxième expérience a été menée en administrant une thérapie génique par injection sur des souris, qui code également pour une augmentation de la production de protrudine. Au cours des expériences, des observations ont été faites montrant que de nombreuses souris avaient beaucoup de cellules nerveuses survivantes. Deux semaines après l'injection de protrudine, l'équipe de Petrova a également prélevé des rétines entières sur les souris. Curieusement, celles-ci ont présenté un comportement appelé "neuroprotection", dans lequel les rétines étaient pratiquement exemptes de tout signe de dommage.


C'était inattendu, car les rétines prélevées de cette manière meurent souvent au bout de quelques jours.


Pour l'instant, les injections oculaires sont hypothétiquement sans danger pour l'homme, mais il y a des inquiétudes quant à l'adaptation de la thérapie génique à l'homme. En outre, le traitement pourrait ne pas être aussi simple que l'injection d'une plus grande quantité de protrudine pour régénérer la vue. À l'avenir, Mme Petrova espère observer si la protrudine a le même effet avec des cellules rétiniennes humaines cultivées.


De nombreuses cellules du corps humain peuvent se régénérer et se diviser à l'infini, mais certaines cellules nerveuses n'ont pas cette capacité. Cette caractéristique des cellules nerveuses est ce qui rend les maladies neurodégénératives si complexes. Dans le passé, les dommages causés aux cellules nerveuses à pleine maturité étaient pratiquement irréversibles et entraînaient souvent un changement radical des conditions de vie, comme la cécité. Cependant, cette découverte a un grand potentiel pour prévenir ou aider les patients à se rétablir d'un large éventail de maladies oculaires, dont le glaucome. En cas de succès, cette innovation pourrait même conduire à la récupération d'autres types de cellules nerveuses.



Sources:

https://www.sciencealert.com/scientists-succeed-in-regenerating-optic-nerve-cells-in-a-dish-hoping-it-leads-to-future-glaucoma-treatment

https://www.nature.com/articles/s41467-020-19436-y

https://kids.frontiersin.org/article/10.3389/frym.2016.00022#:~:text=Yet%2C%20nerve%20cells%20in%20your,do%20not%20divide%20at%20all.&text=Because%20loss%20of%20neurons%20is,immediately%20after%20the%20damage%20occurs.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22615390/

https://www.nature.com/articles/nn.4340

29 vues0 commentaire